Programme transitionnel de démobilisation et réintégration
Rwanda
Rwanda
 
Dossier pays :

Le Rwanda a réalisé d’impressionnants progrès en termes de développement depuis la guerre civile et le génocide de 1994. Le pays consolide à présent ses avancées en termes de développement social et de croissance accélérée, tout en garantissant leur large partage afin de limiter les risques d’érosion d’une stabilité politique et sociale durement acquise. Les objectifs de développement à long terme du Rwanda sont scellés dans sa Vision 2020, qui cherche à faire passer le Rwanda d’une économie agricole à faible revenu à une économie orientée vers les services et reposant sur la connaissance, à l’horizon 2020.

Pour parvenir à ces objectifs de développement à long terme, le Gouvernement du Rwanda a élaboré une stratégie à moyen terme. La première priorité de la Stratégie de développement économique et de réduction de la pauvreté (SDERP 2) est l’accélération de la croissance et la lutte contre la pauvreté à travers quatre domaines thématiques : la transformation économique, le développement rural, la productivité et l’emploi des jeunes, ainsi qu’une gouvernance responsabilisée.
La SDERP 2 vise à atteindre les objectifs suivants d’ici 2018 : (i) augmentation du PIB per capita à 1 000 $US, (ii) réduction du taux de pauvreté à moins de 30 % et (iii), réduction du taux d’extrême pauvreté à moins de 9 %. L’hypothèse macroéconomique implicite est d’accélérer la croissance annuelle du PIB de 10 % sur la période 2013-2018. Ces objectifs s’appuient sur le remarquable succès de cette dernière décennie en termes de développement, avec une forte croissance, une réduction rapide de la pauvreté et depuis 2005, des inégalités.  Entre 2001 et 2012, la croissance du PIB réel a été en moyenne de 8,1 % par an. Le taux de pauvreté a chuté, passant de 59 % en 2001 à 45 % en 2011. À partir de la moitié de 2012, le Rwanda a subi un déclin marqué et soudain de l’aide. Grâce à des politiques budgétaires et monétaires adéquates, la forte croissance et la stabilité ont dominé tout au long de 2012, année durant laquelle la croissance économique était de 8 % et l’inflation, maintenue sous la barre des 6 %.

À l’avenir, le secteur privé, encore largement informel, devra jouer un rôle plus important dans la croissance économique. La faiblesse des infrastructures et le manque d’accès au réseau électrique et une capacité de production limitée constituent les principaux obstacles à l’investissement privé. Certaines réformes ont été mises en œuvre avec succès afin d’améliorer le climat et de réduire le coût des affaires.

En conséquence, le pays a été reconnu parmi les meilleurs dans le rapport Doing Business 2013 et parmi les dix économies ayant le mieux progressé en 2013. Le Rwanda est désormais classé troisième des pays les plus favorables aux affaires en Afrique sub-saharienne.  

De plus, la réduction de la dépendance du pays de l’aide extérieure (40 % du budget actuel) par la mobilisation des ressources intérieures est critique. Bien que le Rwanda ait efficacement utilisé l’aide au développement, le pays demeure vulnérable aux fluctuations des flux d’aide.  Le Gouvernement a réussi à augmenter le ratio recettes fiscales / PIB ces dernières années, mais le niveau reste largement en-dessous de la moyenne régionale.

 

Les activités du TDRP

Deuxième Programme d'urgence de démobilisation et de réintégration

Le deuxième Programme d'urgence de démobilisation et de réintégration au Rwanda – financé par une contribution de 2 M$, un don de l’IDA de 8 M$, 4,6 M$ du fonds fiduciaire à bailleurs multiples (MDTF) du programme de démobilisation et réintégration du Rwanda et 4,5 M$ du fonds fiduciaire du TDRP – fournit un soutien à la démobilisation et réintégration des groupes armés d’origine rwandaise basés en RDC.

Ce projet est la troisième phase du Programme de démobilisation et réintégration du Rwanda (PDRR) en appui à une transition pacifique vers la vie civile des anciens combattants et soldats de l'État, lancé à l'origine en 1997, après le génocide. La première phase du programme a été mise en œuvre de septembre 1997 à février 2001. La deuxième, de 2001 à 2008, soutenue par la Banque mondiale et le Programme multi-pays de démobilisation et réintégration (MDRP), a été exécutée avec succès.

Au cours des deux premières phases, environ 50 000 membres des Forces rwandaises de défense (FRD) et des anciennes Forces Armées Rwandaises, ainsi que 7 000 membres de groupes armés irréguliers (GA), la plupart provenant de l'Est de la RDC, ont été démobilisés et ont reçu une aide à la réintégration.  
Ce soutien comprenait une assistance spécialisée pour plus de 3 000 ex-enfants-soldats associés avec des GA et environ 8 500 ex-combattants handicapés et malades chroniques.  

Malgré les avancées réalisées dans les deux premières phases du PDRR, on estime à environ 8 000 membres de GA rwandais, la plupart des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda (FDLR), restés à l’étranger fin 2008, essentiellement dans la région Est de la RDC. La présence continuelle des FDLR dans cette région demeure une source de tensions et de conflits régionaux. La poursuite de leur rapatriement demeure un objectif vital pour le Gouvernement. Une troisième phase du PDRR a donc été préparée avec le GdR, soutenu par la Banque mondiale et les gouvernements d’Allemagne, des Pays-Bas et de Suède. À ce jour, 4 005 membres adultes des GA ont été démobilisés (dont 24 femmes et 121 handicapés) et 243 mineurs ont été libérés.

L’objectif global du projet, en cohérence avec les phases précédentes, est de soutenir le GdR dans ses efforts pour : (i) démobiliser les membres des groupes armés d’origine rwandaise et les membres des Forces rwandaises de défense ; et (ii) suite à cette démobilisation, leur fournir une aide à la réintégration socioéconomique, avec un accent particulier sur l’appui aux ex-combattants femmes, enfants et handicapés. Le projet cherche également à intégrer ces services d'aide aux ex-combattants au sein des programmes existants mis en place par le Gouvernement ou d'autres parties prenantes.

Voici les principales avancées réalisées jusqu’en novembre 2013 :

  • 4 005 ex-combattants des GA (dont 24 femmes et 121 handicapés) ont été rapatriés de RDC au Rwanda, démobilisés et renvoyés dans la communauté de leur choix ; 4 000 ex-combattants des FRD (dont 4 femmes et 106 handicapés) ont été démobilisés.
  • 7 965 ex-combattants ont reçu une aide à la réintégration économique, qu’il s’agisse d’une petite subvention, d’une assistance technique pour créer une activité génératrice de revenu, d’une formation professionnelle ou d’un soutien aux coopératives constituées d’ex-combattants et d’autres membres de la communauté ;
  • 1 140 ex-combattants ont reçu un soutien psychiatrique ;
  • 7 299 dépendants d’ex-combattants ont reçu un kit de réinstallation et un soutien pour rentrer dans la communauté de leur choix ;
  • 2 878 ex-combattants handicapés ont bénéficié de soins médicaux, d’allocations mensuelles et d’assurance de santé ;
  • 38 logements conçus pour répondre aux besoins spécifiques des ex-combattants sévèrement handicapés ont été bâtis. Le Gouvernement du Rwanda (GdR) a financé 385 logements supplémentaires pour des handicapés moins gravement atteints grâce à ses fonds propres (mai 2013) ;  
  • 2 648 ex-combattants vulnérables ont reçu une aide additionnelle à la réintégration au moyen de formations professionnelles, d’apprentissages ou d'éducation formelle ; et   
  • 243 enfants auparavant associés à des groupes armés ont été rapatriés et ont bénéficié d’un soutien spécialisé, comprenant la réunification avec la famille et un soutien à la réintégration sous forme de bourses d’étude.


Assistance technique

L’aide financière du TDRP de 4,5 M$ pour le deuxième Programme d'urgence de démobilisation et de réintégration a été utilisée et s’est achevée en juin 2013. Cependant, le projet lui-même se poursuit et a obtenu une extension jusqu’en juin 2014, financé par la somme résiduelle de 2,3 M$ en provenance du MDTF. Le projet sera en outre prolongé jusqu’en 2016 grâce à un financement additionnel de 8,8 M$ de l’IDA. Bien que le TDRP n’ait pas de financement supplémentaire à fournir au projet, il continuera à apporter son assistance technique au moyen de réunions mensuelles et de missions de soutien à la mise en œuvre pour les composantes de suivi et évaluation, de système de gestion de l'information, de réintégration sociale et de soutien aux femmes, aux dépendants et aux enfants.

 

Données pays
Democratic Republic of Congo
Population (millions) 11.46
Espérance de vie (années) 63
Superficie (milliers de km2) 26,338
Revenu national brut par habitant (dollars US courants) 600
Croissance du PIB (% annuel) 8
Indicateurs mondiaux de développement
↑ haut de la page
LIENS RAPIDES