Programme transitionnel de démobilisation et réintégration
Ouganda
Uganda
 
Dossier pays :

Suite à son indépendance acquise du régime colonial britannique en 1962,  l’Ouganda a connu une décennie de relative stabilité politique et économique. En 1971, un coup d’état militaire mené par Idi Amin a propulsé le pays dans une ère de violence et de mauvaise gestion qui a fini par mener le pays à l’échec et ruiner son économie. Le chaos politique et économique a régné entre 1979 et 1985, jalonné de putschs, puis d'une élection contestée en 1980 qui s’est soldée par une guerre civile dans tout le pays. Avec la prise du pouvoir en 1986 par le Mouvement de résistance national (MRN) sous l’égide de Yoweri Museveni, l’Ouganda est entré dans une période durable de renouveau économique et politique. Au cours de la première décennie sous le régime du MRN, le Gouvernement s’est concentré sur la restructuration de l’économie grâce à des réformes favorables au libre marché. Il a également cherché à légitimer les institutions publiques par la voie de la libéralisation politique.  Mais une guerre civile terrible menée par l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) dans le Nord du pays a fait des milliers de morts et causé le déplacement de millions de personnes réfugiées, constituant un obstacle à l’activité économique du pays et aggravant la pauvreté dans la région. Après maints efforts pour ramener la paix, la LRA a enfin été repoussée hors d’Ouganda en 2005, et aucun incident sécuritaire grave n'est à déplorer depuis.

En 2012, l’Ouganda se plaçait 161e sur 187 pays dans le classement de l’Indice de développement humain établi par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Malgré de nombreux efforts pour tenter d’améliorer les résultats du secteur social, les chances pour l'Ouganda d'atteindre les OMD d’ici 2015 sont minces, le pays étant à la traîne, particulièrement en matière de santé. Au début des années 2000, le Gouvernement a initié un programme complet de réformes du secteur de la santé afin d’améliorer l’efficacité, la réactivité et l’équité du système de prestation des soins. Ces réformes ont permis d’éliminer tout frais pour le patient dans les unités publiques, de perfectionner les systèmes de gestion, de décentraliser des services et de promouvoir les partenariats public / privé. Ces réformes ont contribué à une meilleure performance et une amélioration des résultats du secteur. Elles sont considérées comme étant favorables aux pauvres, particulièrement par l’amélioration de l’accès aux soins et la réduction des coûts. Il semblerait qu’une détérioration de la gouvernance et une augmentation de la corruption (il y aurait une culture croissante de l’impunité pour la corruption à grande échelle et une « corruption discrète » généralisée) menacent de ternir l’image de l'Ouganda comme modèle de développement et constituent un obstacle à ses futurs efforts de développement.

 

Le DDR en Ouganda

Les activités de DDR en Ouganda se sont concentrées sur le rapatriement et la réintégration des « rapporteurs », ou ex-rebelles et / ou ex-kidnappés de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA). Les autres groupes cibles étaient les anciens membres des Forces démocratiques alliées (ADF), le West Nile Bank Front (WNBF), FOBA / NOM, le Front de l’Alliance démocratique nationale de l’Ouganda (UDA/F) et l’Armée / Mouvement de Liberté Nationale de l’Ouganda (UNFM/A).

Depuis 2000, la Commission d’amnistie est mandatée par le Gouvernement de l’Ouganda pour soutenir la démobilisation et la réintégration des ex-rebelles . Grâce à ces efforts, 16 256 individus ont été démobilisés et un soutien à la réinsertion a été fourni à 14 816 ex-combattants. À la demande du Gouvernement, la Banque mondiale a instauré un nouveau fonds fiduciaire à bailleurs multiples en janvier 2008 à l’appui d’un projet de suivi pour la démobilisation et la réintégration des combattants rebelles et de leurs collaborateurs (budget : 8,2 M $US en provenance de bailleurs de fonds bilatéraux). Le programme, soutenant directement les travaux de la Commission d’amnistie, s’est achevé en juin 2011.

Le TDRP continue à fournir une assistance technique à cette Commission afin de finaliser les évaluations et le bilan des activités de DDR.


 

Données pays
Democratic Republic of Congo
Population (millions) 36.35
Espérance de vie (années) 58
Superficie (milliers de km2)) 236,040
Revenu national brut par habitant (dollars US courants) 440
Croissance du PIB (% annuel) 3.4
  Indicateurs mondiaux de développement
↑ haut de la page
LIENS RAPIDES